La performance d’un actif varie tout au long de sa vie, jusqu’à ce qu’il atteigne enfin l’âge de la retraite et doive être remplacé. Plusieurs fonctions d’aléa et de fiabilité permettent de suivre cette évolution, comme la densité de pannes et les fonctions d’aléa cumulé. Dans cet article, nous parlerons d’une de ces fonctions d’aléa : la courbe du taux de défaillance, également appelée « courbe en baignoire » en raison de sa forme.

 

Qu’est-ce que la courbe de la baignoire ?

La courbe de la baignoire représente la probabilité qu’un certain actif tombe en panne au fil du temps. Cela nous permet de cartographier clairement trois phases distinctes du cycle de vie de l’actif, comme vous pouvez le voir ci-dessous. La compréhension de ces trois étapes vous permet d’adapter votre plan de maintenance tout au long du cycle de vie.

Curva da Banheira

Courbe de la baignoire – osihardware.com

 

Étant donné que la courbe de la baignoire nous aide à déterminer la durée de vie utile et la fiabilité prévue de l’actif, il est plus facile de le garder sous contrôle. Mais le principal avantage est sans aucun doute de pouvoir planifier plus précisément comment et quand effectuer la maintenance.

 

L’objectif ultime, comme toujours pour les gestionnaires d’installations, est de prolonger la durée de vie utile de l’actif et d’augmenter la disponibilité sans maintenance inutile.

 

Quelles sont les 3 étapes de la courbe de la baignoire ?

 

Stade 1 : Mortalité infantile et échecs précoces

Au début de la vie du bien, dans « l’enfance », le nombre de pannes est élevé, mais le taux de panne diminue, et la fonction a une pente négative. Cette période est connue sous le nom de mortalité infantile.

 

À ce stade, des défaillances surviennent en raison de problèmes fondamentaux de conception, d’un manque de contrôle de la qualité, d’erreurs d’installation, de défauts de fabrication, de composants inadéquats ou d’un rodage insuffisant.

 

Comment prévenir les pannes d’équipements liées à la mortalité infantile

Il existe plusieurs stratégies qui peuvent réduire la mortalité infantile et éviter les échecs précoces. Voici quelques suggestions:

 

  • Purge – effectuer des tests préliminaires avec des technologies et des capteurs automatiques. L’équipement défectueux est mis au rebut ou réparé avant de quitter l’usine.
  • Tests d’acceptation et de fiabilité – réévaluations de l’équipement chaque fois que des pièces sont remplacées ou qu’il y a des changements dans la conception, les outils ou les processus.
  • Contrôle de la qualité – utilisez des techniques de détection précoce des défauts, telles que l’analyse des vibrations, pour détecter les problè
  • Tests accélérés et tests de déverminage – tests qui consistent à soumettre l’équipement à des conditions égales voire plus exigeantes que d’habitude, à observer son comportement sous contrainte ou à mesurer les résultats obtenus dans un certain temps.

 

Quelle est la meilleure maintenance pour les nouveaux actifs ?

Pour les jeunes actifs, la meilleure option est la maintenance réactive , car c’est la seule solution pour éviter que la panne ne se reproduise. En outre, vous pouvez également activer la garantie et demander une réparation au fabricant ou à l’entreprise d’installation.

 

Un ascenseur neuf peut tomber en panne deux ou trois fois par mois. Ces pannes sont dues à des erreurs d’installation ou à des problèmes de démarrage de l’ascenseur. Ces problèmes sont généralement résolus avec des ajustements entre l’ascenseur, la boîte de roulement et la cage d’ascenseur du bâtiment. Cette période dure entre deux mois (au mieux) et douze mois (au pire), selon la qualité des matériaux et de la fabrication.

Étape 2 : Durée de vie utile et pannes aléatoires

À ce stade, l’actif est déjà un « adulte ». Le taux d’échec est constant car tout le monde sait déjà comment s’y prendre, et les erreurs de fabrication ont été corrigées. Cette étape est connue sous le nom de « durée de vie utile » de l’actif.

 

Tout au long de la durée de vie utile de l’actif, le taux de défaillance est faible et constant. Les échecs sont aléatoires et dus à des erreurs humaines, à une utilisation excessive ou à une surcharge et à des pannes accidentelles. Au cours de cette étape également, le MTBF est l’inverse du taux d’échec.

 

Quelle est la meilleure stratégie de maintenance pendant la durée de vie utile de l’actif ?

Pendant la durée de vie utile du bien, nous vous recommandons de suivre les conseils du fabricant pour l’entretien périodique. La stratégie de maintenance la plus appropriée pour un actif adulte est la maintenance préventive ou, si vos opérations y sont préparées, la maintenance prédictive . Ce dernier vous permettra d’anticiper une inflexion de la courbe et d’éviter carrément l’étape 3.

 

Revenons à notre ascenseur. Maintenant, il n’échoue qu’une fois tous les trois mois, presque toujours en raison de causes aléatoires. Il existe des dysfonctionnements dus à une mauvaise utilisation (par exemple, des boutons cassés dans la cabine), des surcharges d’énergie, des vibrations excessives, des impacts mécaniques dus à l’utilisation, des variations de température, des erreurs humaines lors de son fonctionnement ou lors de la maintenance.

Étape 3 : Échecs de fin de vie et d’usure

A ce stade, l’actif est déjà un « senior ». Le taux d’échec augmente progressivement et la fonction de la courbe de la baignoire a une pente positive. Tous les actifs n’arrivent pas à cette fin, car certains sont éliminés avant leur phase d’usure. Par exemple, certains appareils électroniques sont remplacés lorsque leur technologie devient obsolète, même s’ils fonctionnent toujours.

 

A ce stade, les pannes résultent de l’usure, d’un mauvais entretien ou de son absence. Les réparations deviennent plus coûteuses et les risques de sécurité augmentent.

 

Quelle est la meilleure stratégie de maintenance pour la gestion des actifs en fin de vie ?

A ce stade du cycle de vie de l’actif, la meilleure maintenance est la maintenance préventive, plus efficace pour préserver la fiabilité et prolonger la durée de vie. Idéalement, vous devriez mettre en place de nouvelles mesures de maintenance préventive dès que vous constatez une augmentation du taux de défaillance. Cela vous permettra d’éviter une forte hausse, et de garder un taux d’échec proche de celui de l’étape 2.

 

Quelles activités de maintenance préventive préviennent les défaillances dues à l’usure ?

  • Plan d’entretien et d’inspection – établissez un plan détaillé avec des vérifications et des activités d’entretien périodiques qui doivent être effectuées tout au long de l’année. Priorisez les actifs qui commencent à montrer des signes d’usure.
  • Remplacements préventifs – n’attendez pas que l’équipement tombe en panne et sans possibilité de ré À ce stade, vous devriez envisager le remplacement préventif des pièces clés (par exemple, les batteries et les moteurs), surtout si les nouvelles pièces ont des garanties prolongées.
  • Utilisez des pièces de rechange de haute qualité – parfois, dans les actifs plus anciens, il y a la tentation d’utiliser des pièces qui sont différentes de celles d’origine, mais « interchangeables » avec l’équipement. Cependant, si vous investissez dans des réparations, il est préférable d’acquérir des pièces de rechange durables approuvées par le fabricant.
  • Suppression des agents nocifs – essayez de maintenir l’équipement dans les conditions les plus appropriées, avec la température et le niveau d’humidité recommandés dans l’air.

 

Notre ascenseur bien-aimé est de retour à deux ou trois pannes par mois, mais cette fois-ci, il ne s’agit pas d’erreurs de fabrication ou d’installation. La corrosion et la fatigue, qui se traduisent par la détérioration visible des composants mécaniques et électriques, en sont les principaux coupables. Occasionnellement, un entretien insuffisant, ou un mauvais entretien, provoquent des pannes. L’ascenseur n’est plus au niveau des étages, et s’arrête parfois entre les étages. Bientôt, il faudra choisir entre le remplacement de l’ascenseur, qui coûte assez cher, ou le remplacement de pièces essentielles, comme le variateur de fréquence.

Vaut-il mieux réparer ou remplacer ?

C’est au service maintenance de décider s’il faut réparer ou remplacer  le bien. Si vous agissez dès le début de la phase d’usure, vous pouvez la moderniser pour qu’elle revienne à la première phase. Après ce « reset », vous remarquerez une augmentation du taux d’échec, comme dans la phase de mortalité infantile.

 

Cependant, ces échecs vont diminuer et, avec le temps, retrouver un rythme prévisible. Si le coût de l’amélioration est inférieur au coût d’un bien neuf et s’accompagne de garanties… on est prêt à recommencer le cycle !